"Internet, c’est le café du commerce devenu planétaire. Avec un côté sympathique certes, mais ce n’est pas là que doit se décider l’avenir du monde. Si on extrapole certaines tendances, il ne faudra pas longtemps pour que le volume des rumeurs y dépasse celui des faits avérés, pour que le faux surpasse le vrai, pour que dans le cyberespace de la désinformation supplante l’information.

Peut-on espérer une surveillance par des autorités, un sursaut d’éthique chez les maîtres du Big Data, une censure par des programmes et des machines, ou encore un autocontrôle des internautes ? Je n’y crois pas vraiment. Il va falloir admettre qu’Internet nous informe, mais ne nous apprend rien !"

Extrait choisi de l'article "Internet et les fabricants d'ignorance" de Luc De Brabandere paru dans La Libre.

Voir aussi l'excellent article "Le danger des fake news" paru dans le Courrier International.