Une adolescente suédoise de 15 ans a décidé de se battre pour le climat et les générations futures qui devront subir et tenter de "réparer les dégâts" causés par les précédentes. Un combat qu'elle a porté en Pologne, où se déroulait la conférence sur le climat. Le nom de Greta Thunberg fait la une de l'actualité en Suède. C'est là-bas, depuis Stockholm, que cette adolescente s'est impliquée pour le climat. A tel point que la jeune fille a réussi à se faire entendre à la COP24.

La célébrité de cette jeune fille a débuté en septembre 2018 quand, après un été particulièrement chaud en Suède, elle a commencé à manifester, seule, chaque semaine, devant le parlement suédois. Son but ? Que le gouvernement respecte les promesses faites à Paris. Dans une vidéo, elle invite les autres à faire pareil : "Où que vous soyez, qui que vous soyez, on a besoin de vous maintenant. S'il-vous-plaît, faites la grève du climat avec nous. Mettez-vous devant votre parlement ou votre représentation locale, même si c'est un court instant, pour leur dire qu'on veut de l'action pour le climat". A Katowice, la jeune fille n’a pas ménagé ses efforts pour donner son point de vue, y compris à la tribune de l’ONU devant les délégués du monde entier. "Vous parlez seulement de cette éternelle croissance verte, parce que vous avez trop peur d’être impopulaires", dénonce-t-elle à la tribune.

Pour donner l'exemple, Greta Thunberg a décidé de ne plus manger de viande. Elle a également réussi à convaincre ses parents d'installer des panneaux solaires et de cultiver un potager. "C'est nous qui devrons vivre dans ce monde. Si je vis jusqu'à 100 ans, je serai vivante en 2103, et c'est dans longtemps", dit-elle dans les couloirs de la 24e conférence de l'ONU sur le climat à Katowice, où elle multiplie les conférences de presse à l'initiative d'une association mondiale de scientifiques engagés dans la défense de l'environnement. "Nous devrons vivre avec le bazar que les précédentes générations ont créé. Nous devrons réparer les dégâts pour eux. Ce n'est pas juste", poursuit-elle. "Je pense que nous, les enfants, nous devrions nous mettre en colère et faire entendre notre voix et rendre toutes les générations responsables de ce qu'elles ont créé."

Ecoutez-la vous expliquer ce qu'elle pense et ce qui la motive dans cette vidéo. Greta repart fatiguée de cette COP mais motivée par le soutien d’enfants de Norvège, d’Allemagne, du Canada et d’Australie… Nous n'avons pas d'autres choix que de tous nous y mettre ! Sources: France Info et LCI