Les politiques adoptées par les pays du Nord depuis les années 1980 ont petit à petit fragilisé économiquement les pays du Sud. L'obsession de la croissance de nos pays développés a apporté une plus grande richesse collective, mais n'a pas empêché la précarité locale et l'écart toujours plus grand entre les pauvres et les très riches. "La Belgique ne doit pas accueillir "toute la misère du monde". [...] Mais collectivement et malgré la réalité de la pauvreté, la Belgique est un pays riche. Elle n’en a pas la volonté mais elle a les moyens d’accroître quantitativement et d’améliorer qualitativement sa politique de coopération pour qu’elle serve réellement aux populations dans les pays de départ. Ce ne serait que leur rendre une partie de ce qui a permis notre richesse." Je vous invite à lire cet article de La Libre.